Faisant le contre-pied de Ki début 2009, dont le style musical était beaucoup plus calme, beaucoup plus posé (en témoignent l'introduction A Monday faite de quatre accords lents et répétés jusqu'à la fin du premier morceau, le groove de Coast ou le chant à mi-ton de Terminal), traduisant une sorte de renouveau, de plénitude et de sérénité retrouvée. Mais qu'on ne s'y méprenne pas, Devin Townsend a un spectre vocal toujours aussi vaste et montre qu'il est toujours capable d'alterner sans transition aucune les phases de chant aériennes avec les cris de bête sauvage (Gato et surtout Heaven Send en sont sur ce disque les meilleurs exemples). Une autre caractéristiques intéressante, c'est que pour une fois l'album ne se perd pas en cours de route, comme le faisait Synchestra : en effet sur ce dernier, les 6-7 premières chansons étaient plaisantes, autant vers la fin de l'album, les longueurs rendaient l'écoute beaucoup plus laborieuse (sur A Simple Lullaby par exemple).

Pour en revenir à Addicted, cette fois-ci, pas d'intro douce et planante, pas (moins) de chant doux, mais d'entrée de jeu des riffs taillés à la serpe et le cri rauque. Toutefois, l'accent a été mis sur l'accessibilité, car dès les première écoutes, l'adhésion est quasi-totale. Il ne faut plus deux ou trois écoutes bien au calme pour commencer à goûter le nectar, tant comme à son habitude, on devra se plonger à tête reposée dans les multiples strates musicales.
Une des explications à cette accessibilité peut se trouver grâce à Anneke van Giersbergen (ancienne chanteuse de The Gathering). laquelle embellit de sa voix ronde et puissante certains morceaux, que ce soit en première ou en seconde voix. Le morceau où celle-ci est transcendée, c'est pour moi sans aucun doutes Hyperdrive! une reprise de Ziltoid The Omniscient, un morceau au tempo rapide et aérien, que la voix d'Anneke change du tout au tout. On lui préfèrerait volontiers cette version à l'originale. Devin lui-même a recours aux doubles voix, rendant celle-ci moins abrupte. Certains morceaux sont particulièrement flamboyants, c'est le cas de Supercrush ou encore de Numbered!.
Au milieu de tous ces morceaux rugueux et puissants, il est toujours bon de se ménager un petit havre de paix, une pause pour les oreilles. C'est Ih, Ah!, où Devin a recours à une voix suave pour les couplets et une voix haut perchée pour les refrains. Ce morceau réellement agréable prépare le final de l'album, où les chansons repartent vers des morceaux plus rapides et plus métalliques, jusqu'au bouquet final que représente Awake!!.

La grande qualité d'Addicted est de faire figurer un éventail large de sonorités, composée autant de guitares saturées que de bouts d'instruments électroniques. Ce qui fait que pour le moment, c'est un album que l'on peut apprécier très rapidement et écouter à l'envie

Mention CD5