Il y a un an, je postais la vidéo d'un test d'une voiture "commune", une Ford Fiesta à la façon Top Gear. Aux antipodes de n'importe quelle émission automobile dans le monde, pas vraiment de test classique ressemblant à un publi-reportage, comme ce qu'on trouve par chez nous mais :
de l'action et du moteur qui hurle, fiesta tachometer
des dérapages et des courses poursuites dans un centre commercial contre une Corvette ; vlcsnap-2009-12-03-23h15m56s206.png

ou encore un débarquement avec la Royal Navy, excusez du peu, vlcsnap-2009-12-03-23h17m13s207.png

Dans une saison ultérieure, nos automobilistes anglais ont décidé de faire un rétro test entre des voitures que l'on pouvait trouver du temps de l'URSS (dont des Lada en pagaille et autres véhicules particulièrement fragiles), notamment vers la fin des années 70. Ils avaient choisi une Lada Riva, et pour cela, ils ont décidé de la comparer une voiture de qualité relative, mais fabriquée dans un pays capitaliste, la Morris Marina. La séquence se conclut par la mise à feu de la Morris... La semaine suivante, lors des nouvelles, l'équipe revient sur un courrier qu'ils ont reçu, provenant d'un "Morris Marina Owners Club", se plaignant de la destruction inique d'un des véhicules qu'ils cherchent à protéger...

Avec l'humour et la provoque habituelle, ils ont fait des excuses télévisées, puis ont décidé d'en acheter une autre et de la préserver. Pour cela, ils l'ont amenée à leur piste d'essai. Ils se sont lancés dans un panégyrique (peu de kilomètres, sièges en cuir etc.jusqu'à ce qu'un piano chute sur le toit. Et feignant l'horreur, d'arguer que ce genre d'évènements arrivait tout le temps et que c'était la faute de la compagine de livraisons de pianos par hélicoptères juste à côté qui en laissait tomber quelques uns au passage.
Depuis, c'est devenu un gimmick, l'équipe de Top Gear s'étant promis de détruire toute Morris Marina qui leur tomberait entre les mains. Et généralement à coups de pianos. Et meme celle appartenant prétendument à Carla Bruni (ce qui leur permet la semaine suivante de détourner les paroles d'une de ses peu audibles chansons)...
La conclusion de la vidéo vient de James May, à propos de l'idée d'en conserver qu'une seule dans un musée... "as a warning of history"...