Le petit monde de Damien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La petite lucarne

La télévision dans toute sa splendeur : émissions, séries, documentaires, coups de coeur ou de griffe, on en parle ici.

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 5 janvier 2009

AdBlock sur le service public

20h35 début des programmes prime-time sur France Télévisions

Voulue par l'omni président, annoncée à l'arrache il y a près d'un an, considérée comme un cadeau à TF1 (pour des raisons de combinages entre les Bouygues et les Sarkozy) et plus généralement aux chaînes privées, votée à l'Assemblée dans la douleur et la baston et appliquée alors que le décret n'est pas encore paru, la réduction de la publicité sur le service public a fini par s'imposer. Sauf qu'à présent, c'est encore plus le boxon qu'avant

Lire la suite...

samedi 20 décembre 2008

Fin de cassage des oreilles

20 décembre

Ajourd'hui, je décide de pourrir délibérément un billet en causant de téloche, de tF1 et de Star Academy. Car depuis la finale d'hier soir, ce sont les funérailles d'un mastodonte du PAF.

Enfin! Cela fait huit ans que nos oreilles sont agressées par des brailleurs imbus de leur personne durant des shows pour lapins épileptiques sur la première chaîne. Et depuis hier, c'est fini. Alors n'allez pas vous imaginer que je regardais la Star Academy, mais l'annonce depuis pas mal de temps de la probable non reconduction faute d'audiences écrasantes comme à la belle époque des Star Ac' 1 et 2 (plus de 50% de parts d'audience, plus de huit millions de moutons agglutinés devant un show pour midinettes) ne peut que me réjouir. Cette émission monolithique qui a connu ses heures de gloire, révélé quatre-cinq artistes dont peut être deux ou trois ont réellement percé (parce qu'ils avaient la primeur surtout) a fini par atteindre son point de non retour : en huit ans, les gamins qui regardaient les premiers candidats ont eu le temps de "grandir" et de postuler eux aussi à la semaine d'enfermement dans le donjon des voix faussées. Mais en ayant intégré certaines ficelles du programme, et en y gagnant au passage la grosse tête, croyant déjouer les pièges où leurs ainés sont tombés... Au final, cela donne une équipée de petits cons imbus de leur personne, carburant à l'autosatisfaction... Et bien entendu, ça finit par clasher. Et à ce jeu là même les profs s'y sont collés. Hier soir les plus courageux (encore 5.8 millions malgré le bide en termes d'audience par rapport aux résultats des éditions précédentes) ont pu voir deux "adultes" s'invectiver tandis qu'ils sont sensés montrer l'exemple. Cela traduit bien l'état de décrépitude du concept, qui si les vendeurs de temps de cerveau disponible souhaitaient le reconduire l'année prochaine seraient obligés de faire de gros aménagements pour instiller de la faicheur à une émission qui tourne en roue libre depuis quelques années... Après seuls ceux qui veulent s'amuser de la médiocrité humaine et de la dégénérescence de primes times en match de catch seront intéressés. Pour les autres; il serait temps d'euthanasier, l'acharnement thérapeuthique, c'est vraiment pas beau à voir! Toujours les mêmes "artistes" toujours les mêmes chansons, toujours la même merde suintant des hauts parleurs de la télévision, mêmes images de show aux lumières capables de vous déclencher des crises d'épilepsie et même prévisibilité rendant les votes des gogos (qui ont cramé du forfait bouygues télécom pour des nèfles) totalement inutiles. Enfin, sur le cadavre encore chaud d'une émission devenue l'ombre d'elle même, seuls les adolescents prépubères pourront verser une larme. On ne les plaindra pas.

jeudi 11 décembre 2008

Top Gear, l'émission de tests automobiles la plus barrée au monde

11 décembre

Et ce sont bien entendu nos amis britanniques qui nous proposent ce genre de petites merveilles. Top Gear est une émission diffusée sur la BBC depuis 1989, et lorsque leurs membres testent un véhicule, on peut s'attendre à ce que ce soit autre chose que nos tristounes émissions françaises. Et généralement ça dérape, ça crisse, ça fume et ça casse aussi

La preuve par l'exemple : Turbo (fr) nous fait un test d'une Audi bien chère... et de manière très classique et sobre

Et du côté de Top Gear, ça donne ça (avec une petite ford Fiesta bien vaillante) : des successions de séquences avec des questions et des réponses directes. Ca commence comme un test classique :

  • Is it practical? (est-ce qu'elle est pratique?)
  • Is it fun to drive? (est-ce que c'est marrant à conduire?)
  • Can I Afford it? (est-ce que je peux me la payer?)
Puis ça part en live :
  • Will it break all the time (est-ce qu'elle va tomber tout le temps en panne?)
  • Is it Green? (Est-ce qu'elle est verte?), notez la réponse : Yes... very. (Oui... très.)
  • What if I go to a shopping center and get chased by baddies in Corvette? (Que se passe-t-il si je vais dans un centre commercial et que je suis poursuivi par des méchants en Corvette?)
  • What if I'm asked to take part to a beach assault with the Royal Marines? (Que se passe-t-il si on me demande de prendre part à un débarquement avec les Marines?)

Je vous laisse deviner sans trop de difficultés quelle émission je préfère (dommage que la BBC sur laquelle passe Top Gear ne passe pas sur la Freebox...)

mercredi 20 juin 2007

Arrêt sur Images : faisons le point

Deux jours après l'annonce de l'arrêt de l'émission, des milliers de messages de téléspectateurs inquiets, désolés ou révoltés (biffer les mentions inutiles) ont déferlé sur le Big Bang Blog. D'autres se sont fendu de lettres pleines d'arguments quasi-imparables et ont envoyé le tout au service téléspectateurs de France5... Mais ce n'est pas tout.

Lire la suite...

samedi 19 mai 2007

La télé ronge son os.

J'en avais un peu parlé en catégorie Sarkophobia, mais le traitement journalistique de Nicolas Sarkozy m'insupporte chaque jour un peu plus. Il n'y a pas une journée, une matinée sans que l'on parle de lui. Alors évidemment, ce qui va suivre n'arrangera pas les choses, vous allez avoir le droit à un billet avec plein de bouts de sarkozy qui surnagent au milieu d'une mer de caractères... Faut s'y habituer, jusqu'à ce que les médias, une fois satisfaits, délaissent leur nouveau jouet.

Lire la suite...