Autant la mise en forme d'un CV n'est pas une tâche ardue et il est très facile d'obtenir un document correctement structuré et agréable à l'oeil, autant la rédaction d'une lettre de motivation est une expérience que j'ai du mal à supporter. Et pourtant, je vais être obligé d'en envoyer des dizaines avant de pouvoir décrocher un entretien et peut-être un emploi à la clé.

La lettre de motivation, c'est peut être une des inventions les plus hypocrites pour un chercheur d'emploi. Le but est de dire "votre offre m'intéresse" ou bien "y a d'l'embauche pour ce que je sais faire?" à un employeur, en y mettant les formes et en sortant la brosse à reluire "que vous êtes gentils, que vous êtes beau, que vous allez me donner du travail et du pognon à dépenser pour que je consomme et fasse repartir la croissance!". Ce type de document me fait vraiment imaginer un demandeur d'emploi faisant des courbettes dans tous les sens afin, avec un grand sourire, de parvenir à ses fins. C'est pourtant la convention un peu partout si l'on veut un jour pouvoir travailler.

Et pourtant, je déteste cet exercice. Il y a bien évidemment des tonnes de sites qui donnent des modèles, des conseils, des tournures de phrases élégantes censées faire sortir du lot votre lettre parmi la masse des autres. Mais pour moi ça reste la même chose, une sorte de pâtine gluante et sirupeuse pour amadouer un employeur. Et il n'est pas possible d'y couper. Ce n'est pas que j'ai la hantise de la page blanche, mais la tournure de phrases qui sentent le déjà vu, l'éculé et l'hypocrisie à des kilomètres à la ronde, ce n'est pas mon hobby. Et pendant que j'y suis, ça serait pas mal que j'écrive mon CV en HTML pour montrer les quelques compétences acquises en CSS... Il faudrait...

Sur un registre un peu plus joyeux à propos de ces lettres de motivation, vous pouvez consulter l'ouvrage de Julien Prévieux, qui, au lieu d'écrire des lettres de motivation, a choisi lui d'écrire des lettres de non motivation. Il peut s'agir de lettres tout à fait formelles comme de lettres des plus déjantées. A chaque fois, vous pouvez voir l'annonce originale, la lettre de non-motivation envoyée et la réponse (s'il y en a eu une) de l'employeur. Et il est amusant de constater qu'à l'exception de quelques courriers un peu plus personnalisés, la majorité des réponses est une succession de lettres de réponse automatiques, froides et impersonnelles. Un petit moment de détente à lire ici