La petite vidéo qui monte, qui monte, qui monte...

Depuis 2007, la sursaturation des médias par un "hyperprésident" combiné à l'évolution du réseau Internet ont contribué à faire émerger les petites séquences qui font couler de l'encre, celles qui d'ordinaire étaient filtrées par la plupart des médias et que l'on sortait en de grandes occasions, pour faire le scoop de l'année. Faut dire aussi que sur n'importe quelle pièce de l'échiquier politique, on a de la matière. Le buzz, comme on l'appelle, on en a déjà parlé plusieurs fois ici, bouscule les médias classiques en les faisant reprendre et amplifier ce qui circule sur Internet. Petite rétrospective :

Le G8 "alcoolisé"

Nos amis belges, qui ont vraisemblablement des journalistes moins timorés que les notres ont dégainé très rapidement avec cette séquence tournée au G8 de 2007 où notre petit Nicolas semblait essoufflé à défaut d'être éméché. Vu la réputation de sobriété qui précédait le personnage, la première option a été l'explication la plus rationnelle. Néanmoins, la vidéo a tourné très rapidement et les médias français ont mis beaucoup de temps à la diffuser sur leur propre antenne

"Casse-toi pauv'con

Il s'agit de la "masterpiece" de Nicolas depuis qu'il s'est installé à l'Elysée, c'est la vidéo qui a fait le plus de mal en termes d'image, que ce soit en France ou à l'étranger. La tradition de culture et de raffinement des locataires précédents était particulièrement mise à mal avec un type insultant ses concitoyens. Au moins Chirac avait eu le réflexe en situation similaire (se faisant interpeller au nom de "Connard!" de répondre "Enchanté, moi c'est Chirac!"

Ségolène Royal et les profs

Les offs sont également une zone à hauts risques pour les politiques. Il y a toujours une caméra, un téléphone portable ou un micro qui traine, et parfois ça dérape. Cette séquence sur le travail des profs a également fait son quota de remous

Frédéric Lefebvre, troll professionnel

Alors pour lui, même pas la peine de mettre une vidéo, autant mettre une compilation des plus belles billevesées qu'il a pu sortir. Au programme, le Blackberry qui ajoute des fautes d'orthographe, Frédo a Alzheimer, Il n'y a que des pédophiles et des terroristes sur Internet, il se fait remonter les bretelles en direct, il couaque à tout va, et pour quelqu'un censé être intéressé par la technologie, il ne sait pas ce que veut dire l'expression Web 2.0 etc. La vidéo ci-dessous n'est plus à jour, le gus en ayant déballé de belles depuis

Brice Hortefeux et le "prototype du magrhébin"

C'est celle qui fait le plus couler d'encre en ce moment, car au vu du curriculum de notre actuel Ministre de l'Intérieur et ancien Ministre de l'Identité nationale et de l'Immigration ça fait particulièrement tâche. En dépit d'appels à la démission, de menaces de poursuites pour injures racistes, l'ensemble de son parti fait bloc derrière lui en allumant contre-feux sur contre feux. En dépit d'images tournées par des caméras de télévision (et non un téléphone ou une caméra amateur) et d'explications particulièrement vaseuses et peu crédibles, on préfère se concentrer sur le lieu d'où ces images sont parties : les sites internet

La vigilance de tous les instants

Les politiques devraient garder perpétuellement à l'esprit qu'en déplacement public qui plus est lors de meetings, les caméras tournent à plein régime et les petits dérapages peuvent prendre des proportions considérables. Le gros inconvénient à présent, il vient principalement de la droite, qui se veut "décomplexée", mais qui n'assume vraisemblablement pas ce qui fuite sur Internet. Ce n'est pas pour rien qu'ils appellent à la régulation du Réseau (avec leurs petits doigts boudinés), en le faisant passer pour un caniveau malodorant où courent rumeurs et autres ragots. Et donc on entend certains accuser cette "transparence" pourtant voulue par certains comme les prémices du totalitarisme (Henri Guaino), d'autres comme un espace de non-droit qu'il faut absolument réduire au silence pour que ce qui met à jour le caractère ou les opinions de certains tourneurs de vestes et autres bonimenteurs au grand jour. L'irruption de la démocratie, du fait que les utilisateurs et citoyens puissent réellement avoir un impact ou un droit de regard sur ce que manigancent ceux qu'ils ont élus gène, et malgré tout il faudra s'y habituer. D'ailleurs, le dernier site en date, nosdéputés.fr permet pour les internautes de connaitre l'activité de tous les membre de l'Hémicyle, avec graphiques et pourcentages inclus. Particulièrement efficace pour cibler le godillot ou celui qui ne fait pas son boulot.
D'ailleurs, petit point commun entre les différentes vidéos présentées ci-dessus : toutes ont été relayées et amplifiées par les médias traditionnels, qui ensuite pour certains rejettent la faute sur les sites Internet qu'ils jugent peu crédible, distinguant le preux journaliste du colporteur de ragots numérique. Un peu trop facile et c'est très bien résumé par ce dessin

un seul mot donc : Assumez, car tout ce qui se passe sur le Internet y reste et une amende honorable ou des excuses peuvent parfois éteindre plus rapidement l'incendie que les stigmatisations puériles.