Le petit monde de Damien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 15 décembre 2009

Politique poubelle

castafiore_morano.jpg

15 décembre

Le débat qui craint

J'ai déjà dit plusieurs fois le bien que je pensais de Nadine Morano, Secrétaire d'Etat à la famille, tendance conservatrice-rageuse-trolleuse à fort potentiel (avec les jeux vidéos ou avec les internautes), mais voici un pas de plus d'accompli. Actuellement, le gouvernement s'est enlisé majestueusement dans un bourbier avec le débat sur l'Identité Nationale, débat hautement sensible et sujet à dérapages incontrôlés à n'importe quel moment. De moins en moins jugé utile par les français (sur la nécessité du débat, selon un sondage LH2 pour le NouvelObs.com, seules 14 % des personnes interrogées considèrent que ce débat est "tout à fait nécessaire"), vu comme une tentative de récupération politique, il est le bon épouvantail à agiter pour tenter de reprendre une partie l'électorat FN qui se mord les doigts de son vote en 2007. Pas sur que cette fois, cela fonctionne, en dépit d'efforts répétés, notamment celui de Nadine Morano hier soir en Alsace.

neparlonspasdelaffairedreyfus.jpg

Déjà, le lieu de l'organisation du meeting n'était pas choisi au hasard, le village de Charmes dans les Vosges étant le lieu de naissance de Maurice Barrès, nationaliste français de la fin du XIXe siècle, antidreyfusard ultra (en référence aux deux camps qui se sont affrontés en France autour de l'affaire Dreyfus. Dans les grandes lignes, sa ligne de pensée était principalement axée sur l'amour de la Patrie, de l'Armée et l'attachement aux racines, mettant en œuvre le principe d'une hérédité psychologique différenciant le français de l'étranger. Avec des bases aussi saines, le débat sur l'Identité Nationale d'hier soir ne pouvait qu'être propice aux petites phrases bien senties...

Éloge de l'uniformité comme liant de l'identité française

"Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c'est qu'il aime son pays, c'est qu'il trouve un travail, c'est qu'il ne parle pas le verlan, qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers"
super-dupont.jpg

Et voila la phrase qu'on attendait tous, l'amalgame à vitesse supersonique, énonçant l'équation musulman = jeune + verlan + casquette à l'envers + glandeur au pied de sa cité + amateur de rap se complaisant à éructer qu'il nique la France... Si on devait mettre en place un permis à points sanctionnant ce genre de raccourcis honteux, Nadine Morano aurait été condamnée à un voue de mutisme pour une durée de 5 000 ans. Sauf que bon, il n'y a pas que des musulmans qui portent une casquette à l'envers, qui cherchent du travail et qui parlent le verlan. En simplifiant à l'extrême le raisonnement, il faudrait que tous les français se ressemblent, qu'il y ait une uniformisation des apparences et retirer tout ce qui ne fait pas bon français combo baguet / bérêt, un peu comme le Superdupont de Gotlib. Cette phrase est comme l'indique Arnaud Montebourg sur BFM TV une stigmatisation et le retour à une conception ethnique de la Nation...

Reste à voir ce qu'il va découler de ce genre de petite phrase juste bonne à satisfaire les discussions de café du commerce, mais le débat sur l'Identité Nationale devient un peu plus nauséabond qu'il ne l'était auparavant.
Il y avait un temps un groupe Facebook "pour la mise sur orbite géostationnaire de Nadine Morano". Je suggèrerais qu'elle adopte plutôt la même trajectoire que le sondes Voyager, c'est à dire au delà du Système Solaire...

lundi 14 décembre 2009

Mauvais rôle

14 décembre

Oui je sais c'est raté, j'ai rien posté du week-end, pour cause de construction de PC de la mort (même pas pour moi, jeez)... donc hop, on n'a rien vu, on reprend comme si de rien n'était avec cette vidéo de l'ESRA Bretagne... Où le plus important pour un jeu vidéo est de choisir le bon personnage. Pas facile quand on fait 3 mètres de haut et qu'on porte des cornes...

Et vous, repèrerez-vous toutes les références à de grands classiques du jeu vidéo?

vendredi 11 décembre 2009

Le pire risque, c'est d'avoir l'air vraiment con!

qualitay.png

11 décembre

A nouveau l'UMP fait parler d'elle au moyen d'une vidéo. Cette fois-ci pas vraiment pour la polémique, ils ont été bien servis depuis la rentrée. Cette fois-ci, ce sont les jeunes populaires (a.k.a les jeunes de l'UMP, qui a dit "antinomique"?) qui ont voulu faire un coup de pub en sortant une vidéo mettant en scène militants et membres du gouvernements ou stars se déhanchant sur une musique de Luc Plamondon (Tous ceux qui veulent changer le monde) avec en clou du spectacle Gilbert Montagnié au volant d'un 4x4. Tourné pendant l'université d'été de Seignogosse (en même temps que la plus que célèbre blague sur les Auvergnats), le clip a demandé soit-disant 500 heures de travail, chiffre faisant suggérer à certains utilisateurs de Twitter que Le Lipdub de l'UMP a nécessité 500 h de travail. Déduction : travailler + ne veut pas dire travailler mieux.... Eh oui triste constat.

La vidéo en elle même tente de faire passer l'UMP pour quelque chose de moderne. Tout au plus, ils montrent qu'ils savent faire les clowns, parce que culturellement, la France n'est pas du tout réceptive à ce genre de vidéos beaucoup plus à même de faire perdre des points de santé mentale à n'importe quel enquêteur sur Cthulhu que de susciter l'admiration de ses pairs. Déjà, il s'agit d'un lipdub (en gros, mimer les paroles d'une chanson, mettre une chorégraphie dessus et synchroniser avec la chanson originale). Le mot en lui-même existe depuis 2006 et a été repris à un peu toutes les sauces. C'est surtout un genre qui est utilisé par delà de l'Atlantique, avec des résultats plutôt réussis tel celui de l'Université de Hochschule Furtwangen en Allemagne réalisé par des étudiants des médias digitaux. Eh oui, déjà y a de la maîtrise... Pas comme chez nous!

University Lipdub (HS Furtwangen) from DASKAjA on Vimeo.

Les principales différences? déjà, choisir une musique correcte. Je voudrais pas être méchant, mais Plamondon, c'est un poil ringard. Voire même, correction, en France, y a pas grand chose en musique potable... Ah si, Ultra Vomit (faut dire que quand ils font des chansons comme "Judas Prost" ou "Je collectionne les canards (vivants)", ça a quand même plus de classe, non?). Ensuite, la chorégraphie n'est pas en rythme, à l'envers pour certains, Frédéric Lefebvre vous dessine un cœur avec les doigts (!), et tout le monde s'affiche en chemisette avec le pull ump autour du cou... Tous les arguments pour faire un flop... Mais quel flop!
Enfin bref, qui plus le clip n'a pas été réellement validé, propulsé sur Internet et qui plus est, dévoilé avant l'heure par Guy Birenbaum (Le Post), il a plus suscité de rires et de moqueries qu'autre chose, certains arguant qu'on n'avait pas autant rigolé depuis le Joomla de Ségolène Royal. Le coup de grâce, c'est Luc Ferry, ancien ministre de l'Education à la disparition aussi rapide que le Titanic lors du premier gouvernement Raffarin (qui s'est retiré de la politique depuis, bien lui en a pris) qui le porte, en dénonçant "un clip dégoulinant de bêtise". Pour le coup il n'a pas tort :

Si votre cerveau et votre santé mentale ne craignent rien, jetez un oeil, c'est de la haute "qualitaÿ"

Et pendant ce temps, on oublie les débats autrement plus importants sur l'identité nationale, le "Grandemprunt" et autres sujets sur lequel les politiques feraient mieux de se concentrer...

jeudi 10 décembre 2009

ZombieLand

10 décembre

J'ai enfin réussi à aller voir ce film que n'importe quel fana de Left 4 Dead ou de Hordes. Bon pas besoin de trop raconter l'histoire, tant une majeure partie du film est prévisible, les gags se détectent rapidement, on sent les chutes à deux kilomètres à la ronde... Mais on s'en fout complètement parce que c'est l'éclate totale.
Comme d'habitude, les zombies ont rasé toute la planète, comme d'habitude, il y a quelques survivants qui traînent et qui, curieusement tentent à chaque fois de rester vivant. Là où ça change, ce sont les personnages. Un ex-no-life couard mais prudent, une tête brûlée prête à défoncer tout ce qu'il peut trouver, pour peu qu'il mette la main sur une certaine variété de friandises et deux gamines qui n'ont pas froid au yeux, capables de mener au doigt et à la baguette n'importe qui.
L'ensemble du film est une apologie des gros SUV américains et de la prolifération d'armes, pour peu qu'on sache s'en servir. Mais surtout, on ne peut s'empêcher de rire devant les différents moyens de mettre un zombie à terre, devant les différents conseils de survie (bien servis par ce qu'il faut faire et ne pas faire) et bien entendu devant les scènes de carnages toutes aussi bourrinistes les unes que les autres.

Bien entendu, le film dure pas longtemps (une heure vingt), ne bouffe pas de neurones, mais vous assure d'un bon moment de divertissement, et c'est le principal qu'on lui demande!

mardi 8 décembre 2009

Choisir son smartphone 3/5 : Nokia et Maemo 5

8 décembre

une série que j'avais commencé il y a un moment (l'été dernier) sur le choix du smartphone idéal. J'avais commencé par le trop plus répandu iPhone, et depuis, la concurrence a fourbi ses armes. Voyons ce que réserve Nokia et un appareil très particulier...

Lire la suite...

- page 1 de 7