Le petit monde de Damien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 15 décembre 2009

Politique poubelle

castafiore_morano.jpg

15 décembre

Le débat qui craint

J'ai déjà dit plusieurs fois le bien que je pensais de Nadine Morano, Secrétaire d'Etat à la famille, tendance conservatrice-rageuse-trolleuse à fort potentiel (avec les jeux vidéos ou avec les internautes), mais voici un pas de plus d'accompli. Actuellement, le gouvernement s'est enlisé majestueusement dans un bourbier avec le débat sur l'Identité Nationale, débat hautement sensible et sujet à dérapages incontrôlés à n'importe quel moment. De moins en moins jugé utile par les français (sur la nécessité du débat, selon un sondage LH2 pour le NouvelObs.com, seules 14 % des personnes interrogées considèrent que ce débat est "tout à fait nécessaire"), vu comme une tentative de récupération politique, il est le bon épouvantail à agiter pour tenter de reprendre une partie l'électorat FN qui se mord les doigts de son vote en 2007. Pas sur que cette fois, cela fonctionne, en dépit d'efforts répétés, notamment celui de Nadine Morano hier soir en Alsace.

neparlonspasdelaffairedreyfus.jpg

Déjà, le lieu de l'organisation du meeting n'était pas choisi au hasard, le village de Charmes dans les Vosges étant le lieu de naissance de Maurice Barrès, nationaliste français de la fin du XIXe siècle, antidreyfusard ultra (en référence aux deux camps qui se sont affrontés en France autour de l'affaire Dreyfus. Dans les grandes lignes, sa ligne de pensée était principalement axée sur l'amour de la Patrie, de l'Armée et l'attachement aux racines, mettant en œuvre le principe d'une hérédité psychologique différenciant le français de l'étranger. Avec des bases aussi saines, le débat sur l'Identité Nationale d'hier soir ne pouvait qu'être propice aux petites phrases bien senties...

Éloge de l'uniformité comme liant de l'identité française

"Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c'est qu'il aime son pays, c'est qu'il trouve un travail, c'est qu'il ne parle pas le verlan, qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers"
super-dupont.jpg

Et voila la phrase qu'on attendait tous, l'amalgame à vitesse supersonique, énonçant l'équation musulman = jeune + verlan + casquette à l'envers + glandeur au pied de sa cité + amateur de rap se complaisant à éructer qu'il nique la France... Si on devait mettre en place un permis à points sanctionnant ce genre de raccourcis honteux, Nadine Morano aurait été condamnée à un voue de mutisme pour une durée de 5 000 ans. Sauf que bon, il n'y a pas que des musulmans qui portent une casquette à l'envers, qui cherchent du travail et qui parlent le verlan. En simplifiant à l'extrême le raisonnement, il faudrait que tous les français se ressemblent, qu'il y ait une uniformisation des apparences et retirer tout ce qui ne fait pas bon français combo baguet / bérêt, un peu comme le Superdupont de Gotlib. Cette phrase est comme l'indique Arnaud Montebourg sur BFM TV une stigmatisation et le retour à une conception ethnique de la Nation...

Reste à voir ce qu'il va découler de ce genre de petite phrase juste bonne à satisfaire les discussions de café du commerce, mais le débat sur l'Identité Nationale devient un peu plus nauséabond qu'il ne l'était auparavant.
Il y avait un temps un groupe Facebook "pour la mise sur orbite géostationnaire de Nadine Morano". Je suggèrerais qu'elle adopte plutôt la même trajectoire que le sondes Voyager, c'est à dire au delà du Système Solaire...

mercredi 2 décembre 2009

Jeux vidéos et politique - violence contre ignorance

2 décembre

wowguy.jpg

L'actualité l'a encore montrée récemment, à la lueur d'un fait divers qui aurait pu déboucher sur une fusillade à l'intérieur d'un établissement scolaire. Un adolescent de 13 ans a voulu pénétrer dans son collège armé d'un fusil apparemment pour "tuer certains de ses professeurs, ceux qui le réprimandaient, et s'enfuir ensuite" [...] et "également empêcher la tenue d'une réunion avec les parents d'élèves". (source Nouvel Obs). Fort heureusement, l'adolescent n'avait pu pénétrer dans l'établissement, celui-ci étant cerné par les forces de l'ordre. Celles-ci avaient été averties à la suite de la présence de messages suspects sur son blog. Devant la gravité des faits (malheureusement trop nombreux) pour un prétexte que l'on pourrait juger futile (Source Le Courrier Picard), l'on peut chercher le responsable de la situation. Et pour certains, il ne faut pas chercher trop loin, ce sont les jeux vidéos qui sont la cause du mal... Cela se voit particulièrement sur certaines dépêches, ou la classique expression "adepte des jeux vidéos" n'attend que d'en ajouter sur le dos d'un média florissant, et bien entendu, donnant l'occasion aux politiques, par défaut peu adeptes des jeux vidéos de lancer des déclarations à l'emporte pièce. Et dans cette catégorie, qui mieux que Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille pouvait ajouter son grain de sel?

Lire la suite...

vendredi 20 mars 2009

Le futur parti totalitaire : l'UMP

Dictator.jpg

Ca n'est pas une nouveauté, et c'est particulièrement sensible dans le cas du projet de loi sur Hadopi : l'UMP, dans sa quête quasi religieuse pour imposer son projet de loi bancal, liberticide et totalement inégalitaire (on en a déjà parlé ici, et ) ne recule devant rien, même l'interdiction du débat dans ses propres rangs. Nous l'avions déjà vu avec Muriel Marland-Militello et son blog (laquelle à la suite de l'assaut de visiteurs a préféré ne pas laisser les commentaires s'afficher, tout en se déclarant ouverte au dialogue), mais c'est encore plus net avec l'exemple d'aujourd'hui. Un message aux cerveaux de ce parti de dingues : si vous ne comprenez pas le sens des mots "démocratie" et "débat", merci de consulter de manière urgente leur définition sur tout bon dictionnaire de la langue française ; par ailleurs, si l'afflux de commentaires vous terrorise parce qu'il vous met face à vos contradictions et vos erreurs que vous ne voulez pas entendre, arrêtez de vous intéresser à la technologie, arrêtez les sites soit-disant collaboratifs au sein de votre parti, refaites des beaux sites en HTML fixe où la Bonne Parole vient d'en Haut et que votre masse d'adhérents n'aura qu'à diffusée tels les Témoins de Jéovah.

Tout cela pour vous relater le dernier exemple en date : le site des jeunes de l'UMP proposait jusqu'à il y a peu un billet critique et s'interrogeant sur les effets de bord du projet de loi Hadopi, ainsi qu'un certain nombre de commentaires pertinents. Grâce à PC-Inpact (décidément, ils ont l'oeil), nous savons que les dirigeants de l'UMP n'hésitent pas à réécrire des articles complets pour être sarko-compatible... Exemples :

« On se demande aussi ce qu’il en serait si les majors s’étaient occupés du problème dès le développement du premier grand site de piratage, Napster, qui aurait fêté ses dix ans dans quelques mois. Qu’en serait-il si elles avaient remis à plat leur modèle économique, proposé des formules innovantes, par exemple sous la forme d’abonnement, conclus des accords avec des opérateurs de téléphonie mobiles ou des fournisseurs d’accès à internet pour proposer de télécharger une quantité, limitée ou illimitée, de musique en échange d’un supplément raisonnable sur la facture téléphonique. »

Aaah! Mon Dieu! un révolutionnaire! sur mon site a du se dire un administrateur du site. Ca n'est pas sérieux, vite réécrivons tout ça! Et comme par magie, pour une fois qu'on trouvait un article sensé sur un site internet de droite, voila qu'il disparait. Et à la place on trouve ça ;

Le projet de loi création ou internet, plus connu sous le nom de loi HADOPI, a pour objectif de régler la question du téléchargement illégal. Défendu par Christine Albanel, ministre de la Culture, il est actuellement discuté à l'Assemblée Nationale . Ce projet est issu de la large consultation menée sous la houlette de l’ancien PDG de la Fnac Denis Olivennes » [...] « Le projet pour objectif de mettre un terme au pillage des œuvres culturelles sur internet. C’est une réalité, le piratage économique a un coût. A titre d’exemple, entre 2002 et 2007, le chiffre d’affaire du marché de la musique a été divisé par deux. D’après certaines estimations, 12 000 emplois supplémentaires, qui seraient directement à imputer au téléchargement illégal, pourraient disparaître à l’échelle 2012 dans le domaine de la culture »

C'est beau hein? De la belle langue de bois avec plein d'échardes piquantes. On aurait pu croire que personne ne l'aurait vu et que l'article initial serait perdu dans les limbes du réseau... Mais pas pour longtemps, car les accros au Google Cache et autres Wayback Machine ont sévi et c'est ainsi que PCInpact est en mesure de proposer l'article original ainsi que des commentaires qui vont dans le même sens. Un devoir de mémoire qui s'ajoute à la liste de plus en plus longue des bourdes d'un parti qui ne sait vraiment pas comment communiquer sur la Toile. A l'heure où j'écris ces lignes, le site des jeunes pops subit le même sort que le blog de Muriel Marland Militelllo : un afflux de visiteurs incontrôlés et par conséquent une surcharge de serveurs.

umpdown.jpg

lundi 19 janvier 2009

Petit rappel à l'ordre : la loi se fait à l'Assemblée, pas devant les caméras

Députés brandissant les pancartes ORTS (Office de Radio Télévision Sarkozienne) (SIPA)

2009 va être très agitée politiquement, ne serait-ce que lors des débats à l'Assemblée Nationale. En effet, le principal débat à l'ordre du jour consiste en la réforme du droit d'amendement, au travers du projet de loi organique sur la procédure parlementaire. Celui-ci a été initié depuis la dernière modification (Source Le Point) de la Constitution en juillet dernier. L'UMP, par la voix de Nabotléon, n'a pas apprécié que des projets de loi importants tels que la régularisation du travail le dimanche ou encore la réforme de l'audiovisuel public (au passage, un magnifique foirage puisque la publicité est bien supprimée malgré le fait que le Sénat n'ait pas voté encore la loi et apporté certaines modifications) n'ont pu être adoptés en temps et en heure (avant la fin de 2008). La faute selon eux à une opposition requinquée qui s'est lancée dans une opération de flood parlementaire en déposant des milliers d'amendement, ralentissant le travail d'adoption de la loi

Aussi, le projet de loi organique sur la procédure parlementaire vise à instaurer une limitation du nombre d'amendements discutés en séance publique et d'imposer un temps global, au delà duquel tous les amendements sont mis aux voix sans débats. Cette disposition symbolisée par l'article 13 est vigoureusement dénoncée par l'opposition, qui y voit un bâillonnement pur et simple de l'opposition, une carte blanche à la majorité. Fermement déterminée à ne pas laisser ce qui apparait comme une mainmise de l'exécutif sur le législatif, le PS se défend bec et ongles, dénonçant une mesure qui se retournerait contre l'UMP en cas de basculement de la majorité :

Le PS compte sur le soutien des membres les moins sarkozystes de la majorité. Arnaud Montebourg a ainsi appelé dimanche sur Europe-1 les députés UMP à ne pas commettre une "bêtise" qui se retournera contre eux le jour où ils seront dans l'opposition.

Cet argument rencontre un certain écho dans la majorité, notamment parmi les villepinistes. "Ce serait une erreur de réduire le pouvoir d'amendement des parlementaires", jugeait Dominique de Villepin vendredi dans "Le Parisien".
Source Nouvel Observateur

Autrement dit, le passage de la loi va se jouer au forceps du côté des deux camps, aucun recul sur ce point ne paraît envisageable du côté du gouvernement (Source Le Monde), ces dispositions vont changer qualifiées de liberticides (Source l'Express) la physionomie des débats à l'Assemblée. Le risque avec ce genre de mise sous contrôle des débats, où le Président de la République aurait pour ainsi dire une main berlusconienne, c'est qu'ils se portent au delà des amphithéâtres de l'Assemblée, avec tous les risques et tracas que cela suppose. Réduisez les pouvoirs d'une opposition dans une république et celles-ci se retrouveront dans la rue.

A titre d'exemple, voici une petite scène où Frédéric Lefebvre (décidément je l'aime bien), aboyeur de l'UMP, voix de son maître le petit Nicolas, homme politique non élu mais se permettant d'avoir son avis sur tout et n'importe quoi même s'il n'y connait rien (voire sa magnifique définition du Web 2.0) se fait couper la parole alors qu'il était en train de se pavaner sans contradictions devant les caméras par deux députés de l'opposition. Un rappel à l'ordre salutaire puisqu'en théorie, une loi se discute en Assemblée, pas devant les caméras, à moins que ça soit la prochaine évolution rapprochant la France de la république bananière...
Triste époque

Monsieur Lefebvre a méprisé la loi, la loi se fera dans la rue, il ne faudra pas venir pleurer!